actualités

David Troch, une perle chez Rolls-Royce

David Troch, une perle chez Rolls-Royce


A la rencontre de David Troch, ancien auditeur garagiste à l'efp et actuellement technicien chez Rolls-Royce Motor Cars Brussels.

Quel est votre parcours ?
Tout a commencer lorsque je me suis inscrit en apprentissage à l’efp dans le but de devenir garagiste-réparateur. J’ai toujours aimé les voitures et tout ce qui va vite. J’ai donc décidé d’en faire mon métier et de me donner les moyens pour y arriver. Durant ces 4 années, j’ai réalisé mon stage chez Honda ce qui m’a permis de découvrir les bases du métiers.
J’ai ensuite travaillé pendant 7 ans chez Peugeot, d’une part, et 7 autres années chez BMW avant d’être engagé chez Rolls-Royce.
 

Qu’est-ce qui vous a conduit à suivre une formation en alternance à l’efp ?

L’alternance est, selon moi, la meilleure façon d’apprendre un métier. La théorie est importante, mais la pratique d’autant plus ! C’est sur le tas qu’on apprend le mieux.
Ma formation à l’efp fut déterminante pour ma carrière, d’une part, et mon développement personnel, d’autre part. Cela m’a permis de poser les bases du métier tout en allant chercher le meilleur de moi-même pour réussir.
 

Avez-vous des projets pour l’avenir ?

Pour l’instant, pas vraiment. Je commence ma carrière chez Rolls Royce et souhaite en tirer le meilleur. D’une part, il y a le prestige de la marque, d’autre part, mon statut. Ici, je ne suis plus un simple technicien. En plus de mon boulot de mécanicien, je m’occupe des clients, prépare le show room, gère une partie administrative, suis une formation en néerlandais et en anglais, … Mon métier se diversifie de plus en plus et le service client est davantage présent. Pour travailler chez Rolls-Royce, il faut pouvoir allier le savoir-faire et le savoir-être.
 

Quels sont vos meilleurs souvenirs à l’efp ?

Mes plus beaux souvenirs à l’efp restent mes cours de mécanique avec Monsieur Docx. C’est un excellent formateur qui a beaucoup d’humour. Avec lui, on apprenait tout en rigolant. La matière était longue et fastidieuse, mais avec un peu de légèreté, ça passait tout seul.
 

Quels conseils aimeriez-vous donner aux auditeurs de l’efp ?

Mon premier conseil serait de bien étudier ! Dans notre société actuelle, on ne jure que par les chiffres car c’est la preuve de la réussite. Le respect des consignes et des anciens est également primordial. Chaque chose nous en apprend une autre. Je suis personnellement passé pour toutes les étapes du métier, de la plus ingrate à la plus valorisante. On commence toujours au bas de l’échelle, mais c’est comme ça qu’on apprend le mieux ! Si on sait respecter une voiture, on sait ensuite respecter les autres, responsables, collègues et clients. Cela nous permet d’acquérir un bon bagage professionnel, de se perfectionner, devenir polyvalent et ainsi se faire plus facilement engager. C’est d’ailleurs la devise de Rolls-Royce : « Prendre le meilleur et faire encore mieux ».

témoignages

Plus que la mécanique, c'est travailler sur la carrosserie qui me plaît. J'aime le résultat final que l'on peut obtenir, ce que l'on arrive à faire à partir de tôle froissée. J'ai choisi de continuer mes cours de gestion et patronat durant deux années supplémentaires, pour devenir chef d'entreprise. Dans quatre ou cinq ans, j'espère pouvoir me mettre à mon compte.

Simon • Formation carrossier-réparateur

newsletter

contacts

EFP - Rue de Stalle 292B - 1180 Bruxelles

Tél : 02.370.85.11

Fax : 02.370.85.10

E-mail : info@efp-bxl.be